Sylvie Faucheux

"L’environnement est aujourd’hui facteur de compétitivité et d’innovation"

Avec près de 100 millions de tonnes de CO2 émis chaque année, le secteur du bâtiment est la deuxième source de gaz à effet de serre en France. La construction durable est donc aujourd’hui perçue comme un enjeu majeur, au cœur de la transition énergétique. Conscient de l’importance de cette problématique, le Conservatoire ouvre un master 2 Management de la construction durable et des éco-quartiers.

Sylvie Faucheux, professeure des universités en sciences économiques au Cnam, experte en développement durable, répond à nos questions, peu l'ouverture du nouveau master 2 en Management de la construction durable et des éco-quartiers.

Qu’est-ce que la construction durable ?

La transition énergétique dans laquelle nous sommes engagés, comme en témoigne encore la COP22 qui se tient actuellement au Maroc, vise à changer les pratiques dans les grands secteurs les plus émetteurs en CO2, tels que les transports, la construction et le secteur énergétique… Un formidable coup d’accélérateur a été donné après la crise financière de 2008.

Parmi les plans de relance, beaucoup d’investissements concernaient la R&D dans les secteurs de l’écomobilité, des énergies propres, mais aussi de l’éco-construction. De nombreux programmes de smart cities ont émergé, partout, notamment en Asie (Chine, Inde) mais aussi en France. Les villes, qui sont à la fois les plus grands émetteurs de CO2 et les plus grands créateurs de valeur ajoutée, représentent des solutions pour résoudre le problème du réchauffement climatique et porter des innovations dans les domaines de la construction et plus largement de l’aménagement urbain, secteurs éminemment sources d’emplois. D’autant plus que d’ici 2050, 75% de la population mondiale habitera en ville !

En France, le lancement de programmes d’éco-construction et d’éco-quartiers a connu une accélération avec la préparation de la COP21. Mais, depuis plusieurs années on assiste à un changement de conception dans le secteur de la construction. De nouvelles normes, technologies et matériaux et de nouveaux outils sont apparus. On construit des bâtiments dans un contexte de quartier. On fait appel à des outils intelligents, à des méthodes d’éco-conception. On crée des bâtiments végétalisés et intelligents (permettant une gestion optimale via des capteurs des équipements électriques, tels que le chauffage ou la lumière). Les matériaux ont évolué : on remplace le béton par des éco-matériaux : bois, argile, chanvre, etc. Outre ces aspects techniques, la dimension sociétale des constructions est maintenant prise en compte. Leur insertion dans la ville est pensée. Des activités économiques, des offres de services, des jardins partagés sont développés à proximité. Ces innovations dans le domaine de la construction, poussées par des préoccupations environnementales sont aussi sources de compétitivité avec des créations et des transformations de centaines de milliers d’emplois dans les prochaines années.

Quel est votre objectif en ouvrant ce master 2 sur le Management de la construction durable et les éco-quartiers ?

Pour s’adapter à cette nouvelle conception des constructions, les métiers ont aussi évolué. La connaissance des évolutions techniques, réglementaires et socio-économiques est un prérequis pour les personnes en charge de manager les différents acteurs impliqués sur ces chantiers. Grand opérateur de formation continue, possédant une véritable agilité dans le montage de projets pluridisciplinaires, le Cnam est particulièrement bien placé pour répondre à ces nouveaux besoins de compétences. Notre formation est l’une des rares en France mobilisant autant d’expertises. Nous nous adressons à des profils très divers : des architectes, aménageurs, spécialistes du management ou du BTP, des ingénieurs, qu’il s’agisse de personnes en évolution de carrière ou de personnes en reconversion.

Plusieurs filières sont impliquées dans son portage : la filière Construction, sous la responsabilité de Jean-Sébastien Villefortla filière Territoires, avec Maxime Schirrer et l’économie et le management (à travers moi).

Comment se dérouleront les cours ?

Cette formation se fera en partie, au Centre de formation des apprentis du Cnam et en alternance. C’est une nécessité pour ces métiers en transformation permanente. Nos auditeurs travailleront ainsi en entreprise sur des projets concrets pendant trois semaines, encadrées par une semaine de cours. De nombreux professionnels français ou étrangers interviendront pour partager leurs expériences. Nous réaliserons ainsi beaucoup d’études de cas sur les exemples foisonnants à l’international, comme le programme de 100 smart cities en Inde. Mais en ateliers, nous iront aussi observer les éco-quartiers émergents à Paris, en région parisienne, notamment au Pré-Saint-Gervais ou à Issy-les-Moulineaux ou dans d’autres régions. Les cours débuteront le 9 janvier 2017 et s’étaleront sur l’ensemble de l’année civile.

Parce que le Cnam a aussi la mission de diffuser la culture scientifique et technique, nous souhaitons également organiser chaque mois une conférence ouverte à tous autour de l’une des grandes problématiques de la construction durable.

Pour toute information concernant le master Management de la construction durable et des éco-quartiers : cfa.recrutement@cnam.fr enveloppe courrier